Bilan

Bilan de la campagne d’intéressement 2015

Que font les salariés de leur prime d’intéressement ? Les comportements ont-ils évolué depuis les 2 dernières années ? Pour cette dernière campagne, avant les évolutions liées à la Loi Macron, nous vous proposons une réponse en 6 chiffres clés¹.

Taux de réponse : gare au choix par défaut

2013

  •  Choix par défaut (31%)
  •  Réponse transmise (69%)

2014

  •  Choix par défaut (37%)
  •  Réponse transmise (63%)

2015

  •  Choix par défaut (37%)
  •  Réponse transmise (63%)

Bien que la majorité des salariés (63%) expriment leur choix d’investissement, 37% d’entre eux préfèrent ne pas s’exprimer, percevant ainsi leur prime d’intéressement à défaut de réponse. Un taux qui devrait largement baisser l’année prochaine avec la Loi Macron.

Attention : en 2016 l’affectation du choix par défaut change !
Les primes d’intéressement ne seront plus versées par défaut à vos salariés : elles seront investies au plan d’épargne et bloquées pendant 5 ans². Pensez à informer vos salariés.

Notez que cette modification s’accompagne également d’un droit de rétractation pour les salariés. Ainsi, les épargnants pourront demander à percevoir leur prime a posteriori s’ils n’ont pas répondu à leur avis d’option³.

Mode de réponse : internet encore et toujours

2013

  •  Par courrier (24%)
  •  Par internet (76%)

2014

  •  Par courrier (31%)
  •  Par internet (69%)

2015

  •  Par courrier (24%)
  •  Par internet (76%)

Parmi les 63% des salariés qui répondent à leur avis d’option, ils sont une large majorité à privilégier internet (76% des répondants). Les réponses par courrier ne représentant plus que 24% des avis exprimés.

Le taux d’investissement remonte timidement

2013

  •  Primes payées (39%)
  •  Primes investies (61%)

2014

  •  Primes payées (43%)
  •  Primes investies (57%)

2015

  •  Primes payées (42%)
  •  Primes investies (58%)

Après une chute importante entre 2013 et 2014, passant de 61 à 57%, le taux d’investissement remonte sensiblement en 2015, atteignant 58%. Une reprise timide qui pourrait s’accélérer en 2016 suite aux dispositions de la Loi Macron relative à l’affectation du choix par défaut.

Et le PERCO progresse encore plus timidement

2013

  •  Primes investies au PERCO (3,72%)
  •  Primes investies au PEE (96.28%)

2014

  •  Primes investies au PERCO (4,31%)
  •  Primes investies au PEE (95.69%)

2015

  •  Primes investies au PERCO (4,41%)
  •  Primes investies au PEE (95.59%)

En effet, 95,59% des sommes investies l’ont été dans le Plan d’Épargne Entreprise (PEE). Alors certes, le Plan d’Épargne Retraite Collectif (PERCO) fait mieux que l’année dernière, passant de 4,31% à 4,41%, mais il peine toujours à rencontrer son public.

Notez que ce dispositif reste pour l’instant assez peu répandu dans les entreprises. Les mesures inscrites dans la prochaine Loi Macron aideront peut être à démocratiser le PERCO.

Choix d’investissement : une répartition plus homogène

2013

  •  Monétaires (39,99%)
  •  Obligations (25,32%)
  •  Diversifiés (21,65%)
  •  Actions (11,62%)
  •  Titres d'entreprises (1,42%)

2014

  •  Monétaires (31,49%)
  •  Obligations (21,38%)
  •  Diversifiés (25,94%)
  •  Actions (18,79%)
  •  Titres d'entreprises (2,40%)

2015

  •  Monétaires (24,76%)
  •  Obligations (21,68%)
  •  Diversifiés (30,17%)
  •  Actions (20,57%)
  •  Titres d'entreprises (2,82%)

Alors qu’en 2013, les salariés investissaient leur prime d’intéressement principalement dans les fonds monétaires (40%), ces-derniers perdent de plus en plus en popularité. 31,49% en 2014 pour finalement ne représenter que 24,76% des investissements. Il faut dire que les piètres performances des fonds monétaires et leurs perspectives n’encouragent pas vraiment les épargnants.

Alors que la répartition s’harmonise de plus en plus, les grands gagnants sont les fonds diversifiés. Ils représentent aujourd’hui 30,17% des choix d’investissement, contre 21.65% en 2013 et 25,94% en 2014. Ils prennent ainsi la tête dans le cœur des investisseurs.

Notons également le regain de confiance des investisseurs envers les fonds actions qui ont quasiment doublés en 2 ans, passant de 11,62% à 20,57%.

PERCO : la gestion pilotée stagne

2013

  •  PERCO Piloté (33%)
  •  PERCO Libre (67%)

2014

  •  PERCO Piloté (35,04%)
  •  PERCO Libre (64,96%)

2015

  •  PERCO Piloté (35,66%)
  •  PERCO Libre (64,34%)

La gestion pilotée, qui consiste à sécuriser l’investissement automatiquement en fonction de l'âge de l’épargnant, stagne à 35%.

Comme en 2014, les épargnants ayant un objectif retraite privilégient la gestion dite libre (64% des investissements PERCO en 2015). Ils conservent ainsi la main sur la répartition de leurs investissements.

Là encore, les mesures de la loi Macron relatives au PERCO risquent de faire bouger les lignes. A compter du 1er janvier 2016, la gestion pilotée deviendra le choix par défaut du PERCO.

Et vos salariés ? Comment ont-ils utilisé leur intéressement ?

Vous souhaitez connaitre plus précisément les comportements de vos salariés ? Ont-ils investi ? Sur quels supports ? Toutes ces informations, et d’autres, sont dorénavant disponibles sous forme d’un compte rendu de traitement, téléchargeable directement depuis votre espace sécurisé.

Accéder dès maintenant à vos comptes rendus de traitement

© 2015 - Épargne Salariale CIC

¹ - statistiques issues de l’analyse des traitements d’intéressement gérés intégralement par Épargne Salariale CIC au 30/06/2015.

² - les avoirs restent évidemment déblocables dans le cadre des 9 motifs légaux prévus par la Loi.

³ - dans un délai de 3 mois après la clôture de la période d’enquête. Uniquement pour les avoirs investis à défaut de réponse. Mesure valable uniquement pour 2016 et 2017.