Retraite

Le fonctionnement de la retraite en France

Vous entendez souvent parler de préparer sa retraite sans pour autant en connaître toutes les subtilités. En France, le fonctionnement de la retraite est basé en premier lieu sur un système de répartition auquel s'ajoute une retraite complémentaire. Cependant pour un niveau de vie équivalent et confortable à la retraite, des ajustements peuvent parfois être nécessaires, on parle alors de retraite par capitalisation. Commençons ensemble par comprendre le fonctionnement de la retraite en France.

Le système de répartition

Le système de répartition consiste à alimenter les pensions de retraite directement par les cotisations prélevées au même moment sur les revenus professionnels de la population active. Le montant total de ces cotisations dites "assurance vieillesse" est ensuite réparti entre tous les retraités.

Le système de répartition repose sur une solidarité entre générations et surtout son équilibre dépend du rapport entre le nombre de cotisants et celui des retraités. On observe aujourd'hui un nombre de retraités en croissance contre un nombre de cotisants moins important.

Le mode de calcul

La pension de base est calculée selon les éléments suivants :

  • l'âge que vous avez lorsque vous décidez de partir à la retraite,
  • le nombre de trimestres cotisés au régime général,
  • le nombre de trimestres cotisés total,
  • le salaire annuel moyen calculé sur les 25 meilleures années.

Vous toucherez votre pension de base à taux plein uniquement si vous remplissez les conditions d'âge de départ à la retraite et que si vous avez cotisé le nombre de trimestres requis. Chaque année, la pension de base est revalorisée et ne peut être inférieure à un certain montant. C'est ce que l'on appelle le minimum contributif.

Cette pension de base peut cependant être affectée par 3 éléments :

  • un coefficient de proratisation si vous n'avez pas atteint le nombre de trimestres requis dans le régime général pour obtenir une retraite complète,
  • une décote si vous n'avez pas atteint le nombre de trimestres tous régimes confondus pour obtenir une retraite complète,
  • une surcote si vous avez continué à travailler alors que vous remplissiez toutes les conditions pour toucher une retraite à taux plein.

À noter : la pension de base ne pourra excéder 50% du PASS (Plafond Annuel de la Sécurité Sociale). À titre indicatif en 2017 le plafond du PASS est de 39 228 €. Ce qui signifie que votre pension de base si vous partez en retraite en 2017, n'excédera pas 19 614 € par an.

Quel âge pour combien ?

Il faut dissocier âge légal de départ à la retraite et âge où vous bénéficierez du taux plein.

Âge légal de départ à la retraite
Date de naissance Âge légal de départ Âge pour un taux plein
Avant le 1er Juillet 1951 60 ans 65 ans
1er Juillet 1951 60 ans et 4 mois 65 ans et 4 mois
1952 60 ans et 8 mois 65 ans et 8 mois
1953 61 ans 66 ans
1954 61 ans et 4 mois 66 ans et 4 mois
1955 61 ans et 8 mois 66 ans et 8 mois
1956 et plus 62 ans 67 ans

Aujourd'hui pour obtenir une pension de base à taux plein, il faut aussi avoir cotisé 166 trimestres. Ce nombre est en augmentation progressive et atteindra 172 en 2020.

Durée de cotisation requise pour les assurés nés à compter de 1958
Dates de naissance de l'assuré Trimestres requis pour le taux plein
Entre le 1er Janvier 1958 et le 31 Décembre 1960 167 trimestres
Entre le 1er Janvier 1961 et le 31 Décembre 1963 168 trimestres
Entre le 1er Janvier 1964 et le 31 Décembre 1966 169 trimestres
Entre le 1er Janvier 1967 et le 31 Décembre 1969 170 trimestres
Entre le 1er Janvier 1970 et le 31 Décembre 1972 171 trimestres
À partir du 1er Janvier 1973 172 trimestres

À ces dispositions réglementaires s'ajoutent des cas particuliers. Le taux plein peut vous être accordé, même sans la durée d'assurance requise, selon les cas suivants :

  • dès 55 ans si vous bénéficiez de la retraite anticipée travailleurs handicapés,
  • dès 56 ans si vous bénéficiez de la retraite anticipée carrières longues,
  • dès 60 ans si vous bénéficiez de la retraite anticipée pénibilité,
  • dès l'âge légal de départ à la retraite si vous êtes ou avez été inapte au travail ou mère de famille ouvrière.

De plus, vous pouvez bénéficier d'une majoration du nombre de trimestres cotisés. Par exemple :

  • pour la naissance ou l'adoption d'un ou plusieurs enfants,
  • si vous avez pris un congé parental,
  • si vous avez assumé la charge d'un enfant handicapé.

Les régimes complémentaires AGIRC ARRCO

Afin de compléter ces retraites dites de base, en France, deux organismes gèrent les retraites complémentaires des salariés du privé : l'ARRCO (Association pour le Régime de Retraite COmplémentaire des salariés) et l'AGIRC (Association Générale des Institutions de Retraite des Cadres).

Le régime ARRCO, régime de retraite complémentaire, concerne l'ensemble des salariés du secteur privé, quel que soit leur statut (cadre, intermittent, apprenti, etc.) ou la nature et la durée de leur contrat de travail (CDD, CDI, etc.).

Le régime AGIRC, quant à lui, est le régime de retraite complémentaire des salariés cadres, et complète le régime ARRCO.

Les différents étages constituant votre future retraite

Pour constituer votre future retraite, vous pourrez compter sur la retraite par répartition, c'est-à-dire la pension de base, et les régimes complémentaires, qui vous seront versés chaque mois. Mais pas seulement.

Pour un niveau de vie égal et/ou confortable à la retraite, plusieurs solutions existent pour compléter votre pension de base. On parle alors de retraite par capitalisation :

  • assurance vie,
  • livrets défiscalisés,
  • assurance retraite individuelle,
  • assurance retraite collective,
  • et l'épargne salariale.

Mises en place par vous-mêmes ou via votre entreprise, ces solutions par capitalisation vous permettront de maintenir un niveau de vie confortable pour vos belles années de retraite !

Combien toucherez vous à votre départ en retraite ?

Grâce à notre simulateur, évaluez le montant de votre future retraite en fonction de votre situation.

Simuler votre retraite

© 2017 - CIC Épargne Salariale